Des moments de vie portés par des personnages féminins qui ont subi le viol / le harcèlement de rue / la surcharge mentale. Une petite fille, une mère, une grand-mère, une femme libre, racontent avec humour et rage son histoire avecles hommes.
C’est décapant, émouvant, sensible et drôle. Un texte percutant incarné par l’autrice du texte, avec des extraits de King Kong théorie de Virginie Despentes.

 


Extrait de l'article de LA MONTAGNE du 2/10/18

"Les deux versions abordent un sujet à la fois sensible et en haut de l’affiche, personnel, intime, et universel : « Virginie Despentes m’a vraiment sauvé la vie. Quand elle aborde le sujet du viol et des violences faites aux femmes, ça m’a libérée. Oui, il lui est arrivé ça, elle a été violée. Elle en a fait “ça”. Pour avoir été traumatisée par cette expérience également, je me suis dit moi aussi je peux en faire quelque chose d’artistique. Et si je peux moi aussi sauver la vie à d’autres… "

"Introduction culinaire pour une traversée mouvementée allant de la neutralité éphémère de l’enfance à la maturité sexuée d’une moitié qui veut et se doit d’être à part entière… Pour battre en omelettes les idées reçues, convenues, mais aussi dire les déconvenues des femmes au quotidien, le viol conjugal, la violence subie, les soumissions sous contrat de mariage… Pour tenter de comprendre les blessures amoureuses.


Corinne Merle puise ses colères – enfantées par les traumatismes faits aux femmes – et ses enthousiasmes – naissant de l’espoir de recettes amoureuses - soit dans une écriture personnelle percutante et révoltée, soit dans les fragments cruellement réalistes de textes de Virginie Despentes ou encore dans les extraits de presse au pragmatisme imparable et dans les chiffres au concret arithmétique du Haut Conseil à l’égalité.


Au final, une expression théâtrale pour se rappeler que ce qu’attend une femme de l’homme qui l’aime, c’est qu’il la maintienne au niveau le plus élevé d’elle-même. "



Gil Chauveau

 
 
 

Note d’intention


Moi je voulais écrire un spectacle qui envoie tout péter,
Qui enterre et déterre aussi.
Histoire de famille, faille contre faille,
Un spectacle qui bataille dure contre le silence ratiboise tout sur son passage,
Crache les secrets,
Sors les rêves de leur duvet qui sentent le rance.
Et pourquoi pas aussi un spectacle facile, avec le rire qui rapporte.

Je suis une femme fragile, aux chevilles d’argile.
Je suis une femme qui peut vous les briser aussi.

Corinne Merle


Note de mise en scène

Le théâtre est plus qu'un divertissement, c'est un miroir sans mensonges.

Quand Corinne Merle m'a demandé de travailler avec elle pour ce spectacle, j'ai tout de suite été frappé par la pertinence, la violence et la vivacité des textes qu'elle a choisis.

Nous avons beaucoup ri en travaillant. Et nous avons décidé de partager les rires et les émotions dans ce spectacle qui aborde les violences faites aux femmes et l'urgence de reconnaître que l'équité entre les sexes est un droit de l'homme, pardon, un droit des femmes et des hommes.

Féministe n'est pas une maladie. C'est une évidence, même pour  l'homme que je suis.

François Jenny




Les donatrices et donateurs 2018 : Catherine AYMERIE-FAVART, Cécile BOCCACCIO, Emmanuelle et Alain BONNET, Arielle CASTELLAN, Isabelle DAMBLEMONT, Alexandre FRÉMIOT, Christine LESERBON, Joss et André MERLE, François VANDEN DRIESCH, Barbara WAGNER .....

Rejoignez-les pour la création de notre nouveau spectacle (résidences de création, festival d'Avignon, exploitation parisienne, sont en projet) et deux autres sujets en gestation... à suivre !

Un grand et vif merci pour votre confiance renouvelée ou toute neuve.

Vous souhaitez participer à la cagnotte pour la viabilité du spectacle ?

Cliquez sur ce lien, les dons sont déductibles à 66%.

Propulsé par HelloAsso



CALENDRIER 


2018
Octobre Résidence de création à Yzeure  (03)

2019

Festival d'Avignon Off THÉÂTRE ARTO



"Émotion, énergie, sensualité, humour : le spectacle est dense, il provoque aussi" 

Ces sont les retours des spectatrices et spectateurs que nous avons recueillis lors des quatre premières le 22 novembre à La Souterraine, en Creuse (devant 170 collégiens et lycéens : c’était d’une densité incroyable) et les 24 et 25 novembre à Paris. 


PRESSE

"(...)Pour battre en omelettes les idées reçues, convenues, mais aussi dire les déconvenues des femmes au quotidien, le viol conjugal, la violence subie, les soumissions sous contrat de mariage… Pour tenter de comprendre les blessures amoureuses . (...) une écriture personnelle percutante et révoltée (...) " CHARLIE HEBDO - 19 juillet 2017

" (...) La comédienne Corinne Merle de plus en plus talentueuse (...) Un spectacle puissant, profond et joyeux." L'âge de faire - Septembre 2017

" Corinne Merle incarne à merveille cette femme plurielle et fait montre d’une belle présence scénique, jouant de son corps sans fausse pudeur. Voluptueuse comme peut l’être une femme bien dans sa peau. Ses propos sont parfois crus, parfois violents, souvent drôles. " MPVD - mars 2017

"Une sacrée comédienne, une combattante qui ne lâche rien quand il s'agit de rire, de jouer, et d'être en colère quand les femmes sont bafouées, maltraitées, ignorées. Un spectacl , où l'on rit, pleure, se révolte avec rage et plaisir." Le Kiosque aux canards - mars 2017

“Le spectacle qui sait être dramatique reste enjoué et dynamique. Dans "Omelettes amoureuses", Corinne Merle révoltée, libérée, découvre le bonheur d'être comédienne, le bonheur d'être femme. Et donne en partage le goût de la liberté. C'est une constante du théâtre depuis toujours. Le spectateur apprécie ! " La Revue du Spectacle - mai 2017

"Le rire est le propre de la femme"  La Montagne - novembre 2016


L'ÉQUIPE 


Corinne Merle autrice, actrice

Après les cours Florent et Véra Gregh, elle pratique en stages
avec Ariane Mnouchkine et Jean-Claude Penchenat. Puis elle travaille au théâtre, notamment dans des créations d’auteurs contemporains, et aussi de la TV et du cinéma.

Investie pendant des années dans la communication pour des petites et UNE grande cause, dans l'organisation d'évènements pour des collectivités locales, dans la création de fêtes citoyennes rassemblant associations, villes, personnes d’âges et d'horizons variés, le théâtre la rattrape et lui revient en plein cœur avec des spectacles pour les femmes ET les hommes.


En 2015, elle produit, co-écrit, co-met en scène et joue Réparations en cours...
En 2016, elle écrit, joue et produit Omelettes Amoureuses. 

Et en 2019 c'est la création de Comment Virginie D. a sauvé ma vie... avec François Jenny à la mise en scène.


François Jenny
Mise en scène


Le théâtre, le jeu, l'écriture, la mise en scène et la vie qui va et vient.

Formé au jeu clownesque, il a très vite choisi d'être un Clown blanc plutôt qu'un Auguste, question de caractère.

Le jeu l'a porté vers le théâtre sous toutes ses formes.

À Nancy d'abord où il crée Kouetch Ka Popp théâtre-clown, puis en travaillant avec Sylvie Chenus (4L12), la Clown Kompanie (Henri Thébaudeau et Dominique Lannes) et en se frottant à Bérénice et Othello entre autres.

Il a écrit pour le théâtre, la radio et le cinéma et il a longtemps hanté les ondes de France Musique, France Culture et France Inter. Réalisateur de documentaires, il a également été consultant en gestion de crise pour de nombreuses entreprises.

Sur scène il a crée Ça Par Exemple, un clown blanc seul en scène qui déteste les Augustes. Aujourd'hui il co-produit et met en scène Guigue & Plo, un duo comique où l'absurde le dispute à l'absurde.


Fabienne Breitman
créatrice lumière, régisseuse

Passionnée par l’exploration des possibles, elle a travaillé comme éclairagiste et vidéaste sur de nombreux spectacles polymorphes, spectacles musicaux,
performances, installations d’art contemporain, ainsi qu’avec des compagnies de théâtre et de danse.
Elle a également oeuvré plusieurs années durant auprès de Junji Fuseya, metteur en scène japonais, créateur du Théâtre hors du temps.

Elle a réalisé au Japon le documentaire “Le passant ne sait pas” sur la progressive transformation scénique du danseur Onnagata (rôle féminin traditionnellement interprété par un "homme") Eita Hasegawa.
Déplieuse d’ombres, elle se livre à des recherches filmiques au sein de l’ouvroir de cinématographie potentielle et s’adonne à l’expérimentation cinématographique.


Rachel Huet
Réalisatrice


10 ans d'expérience dans la création visuelle et sonore,et 3 ans dans le coaching pour prendre la parole en public ou face caméra.
Complètement geek et passionnée par son métier, autonome et à l'écoute, du teaser au reportage, en passant par le making-of et le film institutionnel, elle
s'adapte aux différents styles de travail imposés par un genre.

plus...