Public Coup de gueulejpg

Rencontre : Le 17 juillet 2019

Festival Off Avignon – Village du Off


Il est urgent de programmer des spectacles de créatrices !



INVITÉ.ES 

Maud Fontanel, Conseillère conjugale et familiale du Planning 84

Corinne Merle, Autrice, autrice, productrice COME PROD

Blandine Pélissier, Metteuse en scène/traductrice/comédienne Cie Les cris du nombril

Frank-Éric Retière, Directeur du Théâtre du Briançonnais, Scène conventionnée intérêt nationale - Art en territoire

 

MODÉRATRICE

Christine Delmar

Animatrice en entreprise des formations pour l'égalité hommes-femmes

 

Pourquoi est-il vital de programmer des spectacles de créatrices ?

 

Lorsque nous cherchons à diffuser un spectacle qui aborde des problématiques féminines, et/ou qui met en avant une ou plusieurs femmes, il nous est fréquemment conseillé de nous adresser à des lieux dont la direction est assurée par une femme ! Comme si elles seules étaient naturellement concernées par ces sujets.

 

Nous envoyer systématiquement vers nos sœurs est assez révoltant et pour tout dire réactionnaire. 

Nous savons tous d’une part, que les lieux dirigés par des femmes sont minoritaires, et d’autre part qu’elles sont sollicitées par toutes les créatrices amies et quelques créateurs aussi. La parité doit bien évidemment fonctionner dans les deux sens.

De plus, on remarquera que les femmes qui dirigent des lieux culturels sont rarement à la tête des « gros budgets »…

 

Serait-ce une question de courage ?

Pourquoi faudrait-il du courage ? 

La peur peut-être de faire fuir le public ?

Les femmes sont majoritaires dans les salles de spectacle non ? 

 

Alors oui, stoppons cette spirale féminine infernale

et parlons-en !


 

Autre sujet,  celui des violences faites aux femmes. Voici quelques réactions des collégiens et lycéens, à chaud, après la première des Omelettes Amoureuses le 22 novembre 2016 à La Souterraine (23)

Ce spectacle était accueilli dans le cadre du projet Sid’amour et des journées contres les violences faites au femmes. Projet soutenu par la DDCSPP et la Délégation départementale aux droits des femmes et à l’égalité.


"C’était juste pour dire que c’était magnifique, c’est vraiment touchant ce que vous dites. C’est quelque chose qui personnellement me marque, vous employez les bons mots. Pour notre âge, c’est pas forcement facile de parler de choses féminines, et vous, vous avez su trouver les mots. Ça donne un impact. On peut pas écouter comme ça sans y réfléchir après."


"Je veux vous dire que la représentation que vous avez fait maintenant, franchement, c’était magnifique. Personnellement en faisant du théâtre, j’ai apprécié et vous m’avez vraiment fait apprécié une pièce moderne. C’est quelque chose de magnifique !"


" En fait, j’ai aussi apprécié. Il y a certains passages que j’ai plutôt bien compris, dans l’ensemble j’ai bien apprécié, c’était bien mis en scène. D’habitude je ne préfère pas trop le théâtre.."


"D’abord je tenais à dire que c’était un très beau spectacle, et une très belle représentation. Et je trouve que c’est très bien de faire ce genre de représentation parce que les gens ne pensent pas forcément à ce genre de choses, parfois c’est présenté à la télé, mais ce n’est pas aussi marquant qu’une pièce qui est jouée en directe, qui marque plus. De mon point de vue, c’est plus important de faire ce genre de chose parce que cela marque plus dans les esprits, ça fait plus réfléchir les gens. Très beau spectacle".


Et comme toujours...

à fin du débat, alors que l'enregistrement est stoppé et que le public ne les entend plus, des jeunes filles viennent parler à la comédienne en commençant par : " J'ai pas osé prendre la parole devant tout le monde mais je voulais vous dire....". Les jeunes filles ont souvent, comme leurs mères, peur de dire, de se tromper, etc.