LA PRESSE


LA MONTAGNE - 22-11-19jpg

LOGO LA MONTAGNEpng  le 22 novembre 2019 pour lire l'article en ligne


"Une écriture personnelle percutante et révoltée "

logo Charlie copiepng


" Un spectacle sincère, fort, émouvant et libérateur "

LA MONTAGNE


Capture La Montage Bispng


PREFORMANCE

Un texte percutant incarné par l'autrice du texte, avec des extraits de King Kong théorie de Virginie Despentes @Grasset.

Une petite fille, une mère, une grand-mère, une femme libre, racontent avec humour et rage leur histoire avec les hommes.
Des moments de vie portés par des personnages féminins qui ont subi le viol, le harcèlement de rue, la surcharge mentale.
C’est décapant, émouvant, sensible et drôle.


LES RÉACTIONS DU PUBLIC



             Bravo pour votre prestation. Continuez à résister longtemps, longtemps. Pierre et Xavier

Un grand merci pour ce très beau spectacle engagé et dynamique et militant. Marie

Magnifique ; ça donne du peps, fantastique. Gisèle

On continue encore et toujours ! Merci de participer à la lutte de cette très belle manière. Ghislaine 

Une énergie débordante pour faire passer les messages. Bravo l’artiste. Marie – Jo 

On se lève et …on lutte ! Michèle                  

Merci de faire vivre la culture avec autant de talent et d’émotion. Ghislaine

Nous avons passé une excellente soirée ; quel dynamisme, quel entrain. Nous sommes les hommes : on a bien compris le message. Jean-Georges 

Dur, dur de se faire pourrir, et en plus, payer… Je rigole : quel spectacle, le jeu, la mise en scène, le discours auquel on ne peut qu’adhérer ! Bravo ! Paulo

C’est très beau, c’est très bien, c’est très bon mais la prise de conscience est toujours dure aussi ! Continuons quand même ! Dominique

Très belle énergie et votre humour vous sauve d’une situation ubuesque. Un grand merci ! G

Pas encore si simple de résister au risque de passer pour une hystérique. Bravo de le dire, de témoigner encore et encore. CM


Un spectacle très émouvant. J'ai découvert un nouvel aspect de la culture du viol et ça m'a bouleversé. Ça ne saurait résumer la pièce. A la fois intime et malheureusement encore universelle. Merci Corinne de votre courage, votre plume, votre humour et votre sincérité. Je vous souhaite une belle réussite (...) que votre message soit largement diffusé et entendu. Le spectateur qui s'est levé !   Arsène Richard

Bravo pour ce bel engagement, pour cette belle performance, osée pudique et respectueuse ... bouleversant, émouvant ... Merci ! Camille Eya 

Allez-y ! Spectacle salutaire !  Osez le Féminisme 84



Au festival d'Avignon 2019 ....

 

Les échanges d'après spectacle (extraits)

prev next
 

Calendrier

2018
Octobre Résidence de création à Yzeure (03)

2019

Festival d'Avignon Off THÉÂTRE ARTO à 19h15

21 novembre : Centre Culturel Yves Furet La Souterraine (23)

25 novembre : Le carreau de Cergy (95)

2020

7 mars : Bagnols sur Cèze (30)

8 mars : Avignon (84)


2021

 Si le Festival Off d'Avignon... Théâtre Arto 14h30



 

Ceci est une note d’intention...


Écrire c’est gagner sur la honte. Cela demande au préalable de la comprendre.

J’ai ce projet que j’ai au fond de moi et sur le bout des doigts depuis des années. Une parole que je souhaite faire sortir de ma gorge. Ma parole, la parole des femmes qui m’habitent et qu’il faut faire entendre. Le proverbe populaire dit que le silence est d’or et la parole d’argent. C’est faux quand il s’agit de viol. Quand il s’agit de viol le silence est une arme létale. Rien à voir avec de l’or.

Comme moi, mon écriture est physique. Elle se laisse taquiner avec plaisir par mon inconscient tellement dyslexique que le rire surgit quand la noirceur tombe. Et la noirceur tombe quand le rire surgit.


Ce spectacle est une plongée dans mes couches féminines. La femme de 50 ans, la jeune mère, la petite fille ou encore la femme très âgée sont toutes présentes. Là, devant vous.

Il s’agit d’abord de comprendre comment le viol a fait basculer ma vie. Comment le viol destructeur a redistribué les cartes. Comment le viol a déterminé mes échecs, dévasté mes choix amoureux.

Il ne s’agit pas d’un énorme vomissement spectaculaire. Il faut saisir le non-dit et les traumatismes que le viol provoque jusque dans la chair des femmes. Ça demande beaucoup de subtilité́ et de délicatesse.

La lecture du King Kong théorie de Virginie Despentes, m’a réellement sauvé la vie.

Grâce à ces mots je n’étais plus seule et puisqu’elle pouvait en parler et l’écrire, je pouvais aussi le faire.

C’est un spectacle qui doit permettre aux femmes d’entendre leur voix. Qu’elles se rapprochent et qu’elles osent prendre leur chemin de liberté. C’est un spectacle qui a également l’ambition de sauver les jeunes hommes de la violence dont le monde les imprègne. Un spectacle pour bouleverser les hommes plus âgés quant à ce qu’ils proposent comme relation aux femmes qu’elles soient fille, compagne, sœurs, amies ou amantes.


Je parle d’où je suis, je parle avec mon corps. On dit couramment qu’un texte prend corps. Avec ce texte, je prends au corps la violence faite aux femmes en y engageant pleinement le mien.

Corinne Merle

Note de mise en scène


Le théâtre est un miroir sans mensonges.


Quand Corinne Merle m'a demandé́ de travailler avec elle pour ce spectacle, j'ai tout de suite été́ frappé par la pertinence, la violence et la vivacité́ des textes qu'elle a choisis. Nous avons beaucoup ri en travaillant. Et nous avons décidé́ de partager les rires et les émotions dans ce spectacle. Ce qui n’est pas rien quand on aborde les violences faites aux femmes et l'urgence de reconnaître que l'équité́ entre les sexes dans tous les domaines et dans toutes les relations est un droit des femmes… et des hommes.

 

Féministe n'est pas une maladie. C'est une évidence, surtout pour l'homme que je suis.

François Jenny



L'équipe

Corinne Merle, autrice, actrice

Après les cours Florent et Véra Gregh, elle pratique en stages avec Ariane Mnouchkine et Jean-Claude Penchenat. Puis elle travaille au théâtre, notamment dans des créations d’auteurs contemporains, et aussi de la TV et du cinéma.

Investie pendant des années dans la communication pour des petites et UNE grande cause (celle de l'Appel à la Fraternité en 2004), dans l'organisation d'évènements pour des collectivités locales, dans la création de fêtes citoyennes rassemblant associations, villes, personnes d’âges et d'horizons variés, le théâtre la rattrape et lui revient en plein cœur avec des spectacles pour les femmes ET les hommes.

En 2015, elle produit, co-écrit, co-met en scène et joue Réparations en cours...
En 2016, elle écrit, joue et produit Omelettes Amoureuses. 

Et en 2019 c'est la création de Comment Virginie D. a sauvé ma vie... avec François Jenny à la mise en scène.



Psychologie Mag OCT 20jpeg Psychologie Magazine Octobre 2020




François Jenny, mise en scène

Le théâtre, le jeu, l'écriture, la mise en scène et la vie qui va et vient. Formé au jeu clownesque, il a très vite choisi d'être un Clown blanc plutôt qu'un Auguste, question de caractère. Le jeu l'a porté́ vers le théâtre sous toutes ses formes.

À Nancy d'abord où il crée Kouetch Ka Popp théâtre-clown, puis en travaillant avec Sylvie Chenus (4L12), la Clown Kompanie (Henri Thébaudeau et Dominique Lannes) et en se frottant à Bérénice et Othello entre autres.

Il a écrit pour le théâtre, la radio et le cinéma et il a longtemps hanté les ondes de France Musique, France Culture et France Inter. Réalisateur de documentaires, il a également été́ consultant en gestion de crise pour de nombreuses entreprises.

Sur scène il a créé Ça Par Exemple, un clown blanc seul en scène qui déteste les Augustes. Il prépare un spectacle avec son frère qui traite de la maladie d’Alzheimer intitulé Alheimère & fils. Il s’apprête également à jouer à Avignon Politichien, un spectacle à partir des écrits du Cardinal Mazarin.

Sur scène il a crée Ça Par Exemple, un clown blanc seul en scène qui déteste les Augustes. Aujourd'hui il met en scène Guigue & Plo, un duo comique où l'absurde le dispute à l'absurde.



Luc Jenny, lumière



Enfant il se passionne pour la photographie argentique. Son impatience d’obtenir la bonne lumière le décide à créer lui-même la lumière dont il a besoin.
Élevé dans le giron du Festival Mondial du Théâtre à Nancy, il entre à l’ESAD au TNS à Strasbourg. Diplôme en poche, sa passion pour la lumière s’aiguise très vite au théâtre, à l’opéra, à la danse, pour le jazz, le rock et pour le film.
Pas d’œillères (gênant pour la lumière), juste le désir d’écrire en lumière.
Au théâtre il a notamment travaillé avec Francis Huster, Laurent Terzieff, Jean-Claude Dreyfus, Agnès Bourgeois…
À l’opéra, avec Ruggero Raimondi, Daniel Mesguich, Pier Luigi Pizzi, Guy Coutance.
En danse avec Zaza Disdier, Brigitte Seth et Roser Montllo Guberna…
Son intérêt pour la diversité et le croisement des différentes formes de spectacles l’a amené à mettre en lumière des concerts de Fred Poulet, Sarah Murcia mais aussi des spectacles et des expositions à La Fondation Cartier.
Il collabore également avec le Kolektif Alambik, distillerie d’images, pour des mises en lumière et des évènements comme l’illumination de l’abbaye du Mont Saint-Michel, le Château de Vincennes, d’Angers ou le Château de Trévarez.
Il a récemment éclairé le travail de l’artiste allemande Antonia Baehr.
Depuis de nombreuses années il accompagne fidèlement les projets de la metteuse en scène Natascha Rudolf, mais aussi ceux de Stéphane Olry, Corine Miret, de la chorégraphe Sophie Bocquet, de la musicienne Sarah Murcia et du metteur en scène Bernard Bloch.




Rachel Huet, réalisatrice

10 ans d'expérience dans la création visuelle et sonore, et 3 ans dans le coaching pour prendre la parole en public ou face caméra.
Complètement geek et passionnée par son métier, autonome et à l'écoute, du teaser au reportage, en passant par le making-of et le film institutionnel, elle s'adapte aux différents styles de travail imposés par un genre.



prev next