COME ÉDITIONS ont été créées en avril 2013 pour éditer les textes des spectacles, les actes des débats, et autres projets portés par COME Prod.

RÉPARATIONS

EN COURS…

Une idée originale de Fanny Atlan & Corinne Merle


d’après les textes de Christine Delphy, Virginie Despentes, Luc Frémiot, Benoîte Groult, Gisèle Halimi…

Recherches journalistiques : Barbara Merle

Conception et réalisation : Pascaline Goret

Photos : Lineka


Nous avons rassemblé des écrits de femmes, des interviews, des extraits de film, nous nous sommes inspirées aussi de ce qui circule sur internet et nous tentons de « réparer ».
Reconstruire notre histoire, nous réchauffer après nombre de mésaventures, panser nos plaies avec des mots vifs, intelligents, subversifs, drôles… Un grand merci à elles toutes (et à lui aussi !) de nous avoir soutenues dans notre aventure.

Mais pourquoi le théâtre ? C’est vrai, le public du théâtre vieillit… C’est vrai aussi, le théâtre ennuie…Alors faut-il être folles pour choisir ce sujet malgré tout et le porter sur scène ? Trois fois oui ! ! !

Oui, parce qu’il n’y a rien de mieux que le théâtre pour faire revivre, réentendre les voix puissantes de ces femmes, leur indignation sur des sujets dont on redécouvre aujourd’hui l’actualité.

Oui, parce que vivre ensemble ces situations, traverser ensemble ces émotions, ramène le public à ce qui est essentiel et pose la question : quelle humanité choisissons-nous ?

Oui, parce que le théâtre est un conte, une métaphore qui aide le public à intégrer profondément un message. Alors quel meilleur moyen pour sensibiliser les jeunes adultes et leur faire prendre conscience, que contrairement à ce qu’ils croient, la question des relations entre les femmes et les hommes est encore loin d’être résolue ?

Deux femmes dans une cuisine…

Pourquoi encore et toujours mettre les femmes aux fourneaux ?

Parce qu’il faut bien faire bouillir la marmite et continuer à nourrir les siens même quand on doit écrire la vie des femmes en 5 mn. Alors, tout en préparant une ratatouille (ou une soupe selon la saison) qu’elles partageront à la fin de la pièce avec le public, ces deux féministes si différentes l’une de l’autre, se repassent la patate chaude : ça va chauffer, bouillir, fumer, brûler, saigner, pour que finalement, un jour peut-être, tout soit aux petits oignons.


RÉPARATIONS EN COURS...

ISBN 978-2-9544939-1-6 64 pages Juin 2015

1 exemplaire = 12 €

Expédition = 12 € + 3 € de frais de port - TOTAL à payer : 15 €





VICTOIRE LA FILLE DU SOLDAT INCONNU

de Sylvie Gravagna


Illustrations Lison Desfeux et Isabelle Collier

Mise en page : Nicolas Lambert


Victoire le fille du soldat inconnu est d'abord un texte écrit pour la scène.

L'idée de départ : décrire la place de la femme dans la société patriarcale de l'entre-deux-guerre à travers une fiction.

La ressemblance des personnages avec des femmes ayant existé n'est pas fortuite.

Le spectacle s'est écrit à partir de chansons de l'époque, de témoignages, de biographies et de mémoire familiale. La fable s’articule autour des chansons de telle sorte qu’on pourrait les croire écrites sur mesure alors qu'elles sont empruntées au répertoire des années évoquées. Le tout est ancré dans la réalité historique et sociale de l'époque et toutes les anecdotes et les situations sont véridiques ou fort vraisemblables.


Placer les spectateurs dans le contexte de l'époque afin de comprendre « de l'intérieur » le comportement de leurs ancêtres, telle est l’ambition de Sylvie Gravagna. Aussi les paroles des chansons bellicistes, racistes, sexistes choqueront vos oreilles. Elles sont un précieux témoignage d'une époque révolue. Enfin presque. Sylvie Gravagna a mis beaucoup de malice dans le spectacle, nous espérons qu'elle apparaitra au lecteur entre les lignes.

* Le 27 août 1970, des féministes tentent de déposer une gerbe en la mémoire de la femme du soldat inconnu devant l'Arc de triomphe proclamant "il y a encore plus inconnu que le soldat inconnu, sa femme". Une action symbolique non dénuée d'humour, analysée par les historiens comme l'acte fondateur des mouvements féministes des années 1970.


Sylvie Gravagna, comédienne dès l'adolescence et par la suite metteuse en scène est licenciée d'Histoire.
Elle crée en 1991 son premier spectacle « Nanterre-la-folie ou la folle journée du 22 mars 1968 », adaptation du roman de Robert Merle «Derrière la vitre » à l’Université Paris X — Nanterre. Elle y rencontre Nicolas Lambert avec qui elle fonde la même année la Compagnie Charlie Noé. Ils s’engagent dans un Théâtre de l’action en prenant la Banlieue Parisienne comme espace de travail.
Membre actif du collectif À Mots Découverts, elle s’engage par ailleurs à défendre la parole des auteurs vivants et participe à de régulières lectures de pièces inédites au Théâtre du Rond-Point.

Victoire la fille du soldat inconnu

ISBN ISBN 978-2-9544939-0-9 100 pages Octobre 2013

1 exemplaire x 15 €

Expédition = 15 € + 3 € de frais de port - TOTAL à payer : 18 €